Accueil Non classé 18 Détriplement

18 Détriplement

0
0
37

 

Au moins, cette fois, en entamant le passage dans ce long tuyau obligatoire, je suis pleinement ‘autonome’, c’est le moins qu’on puisse dire. Bien sûr , je n’y fais que marcher, mais dans cette limitation austère de mes gestes, je me débrouille sans dépendre de quiconque. Je suis le seul maître de ma déambulation ; le maître chasseur qui marche à l’affût de ce que cette étendue étroite pourrait avoir de fantasmagorique. Evidemment, d’emblée, je ne trouve rien, juste une sensation molle… une mollesse proche du zéro de substance et de résistance. Mécontent de ce constat, je me dis que c’est exactement l’inverse qu’il me faut. Alors j’essaye de voir comment mettre toute cette pauvre histoire à l’envers, et je m’imagine un virage. Avec un grincement violent de mes roues, je  sors de la trajectoire déambulatoire… Puis je me lance sur une nouvelle droite pour… entamer ma réambulation. Je ne sais pas encore trop ce que cela veut dire, mais je m’imagine déjà un rembobinage. Une sorte d’avancée anticyclique, qui renverse la marche en une double rotation contraire. J’avance donc encore un peu, c’est comme si je faisais chemin arrière. J’ai simplement fait demi-tour.

 

Enfin, un autre moi apparaît, mon fantôme mental que je me suis fabriqué. Nous sommes dos à dos. Je m’arrête pour le sentir encore un peu contre moi, puis je redémarre, et nous nous quittons. Je continue vers la porte avant, tandis que lui, il va vers la porte arrière. Je marche calmement pour me donner le temps de m’imaginer ce corps qui m’a tourné le dos. Après une vingtaine de mètres, il se rapproche déjà de la poignée de la porte. Sa main s’avance vers la poignée, la frôle, puis elle se retourne comme une comédienne qui vient de faire son entrée sur scène. Je regarde à travers les yeux de mon fantôme comme à travers des visières dirigées vers mon dos, alors que je suis déjà à 10 mètres du milieu du couloir. Et là…surprise ! À travers les yeux de mon fantôme, je ne vois pas mon corps réel. Pour quelle raison ? Aucune idée. Au lieu de voir mon dos, je n’entrevois que la porte à la fin du couloir. Complètement dépité, je cherche un chemin pour contourner ma carence en imagination. Je vois maintenant clairement la porte, je l’imagine s’ouvrir; et là, un troisième moi entre en scène ! Je suis seul, nous sommes trois. Face à moi, il y a encore une porte fermée vers laquelle je m’avance. Je lui reconnais le visage enthousiaste d’un marcheur de couloir qui entame sa première allée… Il a un de ces sourire… j’ai l’impression qu’il me voit, qu’il me reconnait et qu’il jubile à l’idée qu’on se rencontre, là au bout de quelques pas. Ça me donne un peu la sensation d’une berceuse joyeuse. Derrière moi, je me vois avancer face à un autre moi-même qui vient de refermer la porte derrière lui. Doucement, nous nous rapprochons tous trois vers le centre du couloir, comme trois marcheurs qui jouent tous ensemble des mêmes pas, pour terminer sur une même pointe. Je suis l’axe d’un double dédoublement qui cherche, dans son mouvement, à prendre la position d’une balance horizontale ; avec ses deux assiettes qui cherchent fébrilement à se retrouver au même niveau. Et là, délicatement, en évitant tout accrochage, encore quelques pas, je les touche.

 

Nous allons nous fondre comme les trois dernières pages d’un livre dont on vient de rêver la fin tout  en sachant que jamais on ne la lira. C’est ainsi que j’abolis la seconde partie du couloir, et je sors.

 

 

/

  • Note d’intention

    Dramaturgie    Déroulement des scènes : L’auteur marche sur la scène en ligne droite entre…
  • 1 Signalisation

      Le personnage entre par la porte côté cour et évolue vers le côté jardin où il finit la …
  • 2 La pisse

    Le personnage entre par la porte côté cour et évolue vers le côté jardin où il finit la sc…
Charger d'autres articles liés
  • Note d’intention

    Dramaturgie    Déroulement des scènes : L’auteur marche sur la scène en ligne droite entre…
  • 1 Signalisation

      Le personnage entre par la porte côté cour et évolue vers le côté jardin où il finit la …
  • 2 La pisse

    Le personnage entre par la porte côté cour et évolue vers le côté jardin où il finit la sc…
Charger d'autres écrits par les100monts
  • Note d’intention

    Dramaturgie    Déroulement des scènes : L’auteur marche sur la scène en ligne droite entre…
  • 1 Signalisation

      Le personnage entre par la porte côté cour et évolue vers le côté jardin où il finit la …
  • 2 La pisse

    Le personnage entre par la porte côté cour et évolue vers le côté jardin où il finit la sc…
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

5 Lumière

  La lumière est toujours la même, et alors que mes degrés de fatigue varient sans ce…