Accueil Non classé 19 Mille-pattes

19 Mille-pattes

0
0
38

 

Ce mal au dos ! Avec ce sac sur les épaules. Il n’est pas très lourd, mais à la longue… Les segments de ma colonne vertébrale sont toujours aussi bien encastrés, mais chacun s’est déjà un peu affaissé ; pas plus d’un milliardième de cheveu d’épaisseur à chaque pas ; mais à la longue…

 

Et c’est douloureux. Mon dos ne respire plus. Ce n’est que maintenant que je sais qu’un dos ça respire, comme un animal domestique qui se serait blotti à l’arrière de mon corps pour y vivre sereinement et qui risque toujours de se mettre à ronfler. Il se tient tranquille, et pour me tenir compagnie, il ne demande qu’un peu d’espace et un peu d’air. Alors, pour prendre le contre-pied de mon affaissement vertébral, je me cambre.

 

 

Mes yeux se relèvent alors vers le plafond, et dans ce couloir où rien ne se cache au regard ; je découvre que je n’ai jamais regardé le plafond. Quel étonnement! Je m’arrête et pendant un bon moment je tiens comme ça, comme un croissant de lune, suspendu dans le vide, respirant l’air frais d’une nuit étrangement claire. Je me sens être devenu cette lune, cette source à la fois passive, au repos, mais tout de même lumineuse, qui fait basculer les ténèbres vers la lumière. Puis je me courbe encore un peu, et doucement, mes vertèbres parviennent une par une à leur point de craquement. Je commence à apercevoir l’arrière du couloir ; mes vertèbres sont maintenant toutes dégagées, mais de plus en plus serrées de l’autre côté. À chacune d’elles, deux cils poussent latéralement. Ils s’allongent d’abord comme de fines griffes, puis deviennent plus filandreux. Encore un petit moment, et je prends l’allure d’un mille-pattes aux pattes très longues. Mes pattes touchent le sol , et maintenant que je suis étalé par terre, je continue à regarder le plafond. Je sens que mon animal domestique dorsal a pris les devants sans plus se soucier de comment il va commander son corps. Il fait bien de devenir indépendant. Quel repos. Je pense un peu à ce que ça fait d’être un mille-pattes, cet animal modulaire qui s’enroule la nuit le long des colonnades. Maintenant il fait jour, énormément. Une bourrasque de lumière s’engouffre dans mon regard alors que je rouvre mes yeux caverneux. Le plafond est là, couché, devant moi. Il n’était pas différent du sol, je le vois bien. Ce qui est différent c’est ma position. Je le regarde un peu comme si j’étais le sol qui regarde le plafond. Comme si mon œil était tombé par terre, avait creusé, puis s’était incrusté dedans, et continuait de le regarder fixement. Je vois un mur très allongé dont les lignes tracent les côtés qui sont presque imperceptibles, liant et fondant trois murs de couleur identique, aux teintes légèrement dégradées. Mes pattes latérales continuent de croître, mes nouveaux cils-fils-pattes me font sentir un sol que je ne vois plus. Et je fixe le plafond tranquillement, m’étire encore, me prolongeant de toutes mes forces et de ma fatigue vers les extrémités de l’espace, vers les points les plus externes du bâtis. Et quand la racine a pris place à la surface, la courbure au plan et les cils au vent,  je m’endors de mon rêve et sors.

 /

  • Note d’intention

    Dramaturgie    Déroulement des scènes : L’auteur marche sur la scène en ligne droite entre…
  • 1 Signalisation

      Le personnage entre par la porte côté cour et évolue vers le côté jardin où il finit la …
  • 2 La pisse

    Le personnage entre par la porte côté cour et évolue vers le côté jardin où il finit la sc…
Charger d'autres articles liés
  • Note d’intention

    Dramaturgie    Déroulement des scènes : L’auteur marche sur la scène en ligne droite entre…
  • 1 Signalisation

      Le personnage entre par la porte côté cour et évolue vers le côté jardin où il finit la …
  • 2 La pisse

    Le personnage entre par la porte côté cour et évolue vers le côté jardin où il finit la sc…
Charger d'autres écrits par les100monts
  • Note d’intention

    Dramaturgie    Déroulement des scènes : L’auteur marche sur la scène en ligne droite entre…
  • 1 Signalisation

      Le personnage entre par la porte côté cour et évolue vers le côté jardin où il finit la …
  • 2 La pisse

    Le personnage entre par la porte côté cour et évolue vers le côté jardin où il finit la sc…
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

6 Noeuds

  La poignée de la porte était une masse, une matière qui s’était amassée sur un point de …