Accueil Non classé 12 le philosophe et le pied de biche

12 le philosophe et le pied de biche

0
0
42

 

L’homme reste assis contre la porte, il ne fait pas le parcours

 

Voici pour le cadre de la porte, manque l’histoire. Le début de l’histoire n’est pas ici. Il ne commence qu’à la sortie du tuyau. Là-bas, tout prendra son envol. Ici, j’attends que les choses commencent. Je n’ai jamais trop eu de sympathie pour les philosophes qui décollent avant le moment où la pensée bien mûre tombe en une petite poignée de mots, comme des cerises. Au lieu de se laisser tomber, ils veulent monter, et viennent s’assoir sur ma tête pour rester invisible tout là-haut. Un peu comme les architectes qui pensent résoudre le manque d’être par un manque d’objets. Mais à tout prendre, je préfère encore le monde des philosophes, ces mecs assis, une bulle sur leur tête, une sorte d’aquarium pleins de micro-organismes géométriques. Ils sont architectes des idées, mais eux au moins, ils cherchent à meubler leur vide intérieur par l’agitation de parasites encéphaliques. L’air est translucide dans ce vide de l’architecte dans lequel je suis entuyauté. Les chiffres qui virevoltent sur les plants de sa composition se dissipent pour laisser place à un trou béant. Et pourtant, je le reconnais, j’aime la magie de l’apesanteur, celle de mes jambes plus que celle de mes idées. Pour soulever mon corps, il faut que mon centre d’énergie dégage, rayonne et fasse danser tous mes membres; le flux coule le long de poulies invisibles, des leviers sont parfaitement placés, leur mathématique résonne en échos de cloches dans ma tête et mon ventre. Mon corps est l’architecte de mes forces, le couloir, je ne sais pas trop encore…

 

L’homme est ennuyé de s’entendre parler, il se relève de sa position assise, repasse la porte et recommence sa sortie

 

Ce jour-là, j’entre par le nez. Ca me surprend de commencer par le nez au lieu de m’introduire par le pied. J’ai une attitude d’homme curieux, qui veux voir si des travaux n’ont pas commencé dans le couloir. Ca m’aurait fait un peu d’exercice de rejoindre les ouvrier pour travailler au marteau-piqueur et à la pelleteuse. Je pense que d’entre tous les ustensiles du bâtiment, c’est le pied de biche de l’ouvrier qui me donne le plus à craindre. Il se trouve posé, debout dans ma tête et risque à tout moment de tomber du trou de mon nez et de violemment percuter mes orteils. Avec des phalanges cassées, je ne peux plus faire la seule chose que je faisais depuis longtemps : marcher. L’équilibre est fragile, oui je sais! Mes narines sont quand même très malicieusement disposées en contre-bas de ma cervelle. Elles sont deux canons très courts, mais orientés de façon terriblement précise. De véritables poudrières, comme ces balustrades qu’on installe au-dessus des entrées des châteaux forts pour déverser de l’huile brûlante sur les hôtes indésirés. Pendant un temps, je garde la tête penchée un peu en arrière pour parer à toute éventualité, sans être certain que cela ne me protège vraiment. Puis je change de technique, et je me balance de manière à trouver un nouveau rythme qui me permettrait de maintenir le point de mes naseaux décalé de l’extrémité de mes pieds. Plusieurs fois, je manque de me casser la figure. Arrêter de respirer n’est pas une solution envisageable, et de toute manière ce n’est pas une affaire de ventilation. Je me résigne à oublier l’affaire, me penche en avant pour saisir la porte, et laisser derrière moi tous mes problèmes.

 /

 

 

  • Note d’intention

    Dramaturgie    Déroulement des scènes : L’auteur marche sur la scène en ligne droite entre…
  • 1 Signalisation

      Le personnage entre par la porte côté cour et évolue vers le côté jardin où il finit la …
  • 2 La pisse

    Le personnage entre par la porte côté cour et évolue vers le côté jardin où il finit la sc…
Charger d'autres articles liés
  • Note d’intention

    Dramaturgie    Déroulement des scènes : L’auteur marche sur la scène en ligne droite entre…
  • 1 Signalisation

      Le personnage entre par la porte côté cour et évolue vers le côté jardin où il finit la …
  • 2 La pisse

    Le personnage entre par la porte côté cour et évolue vers le côté jardin où il finit la sc…
Charger d'autres écrits par les100monts
  • Note d’intention

    Dramaturgie    Déroulement des scènes : L’auteur marche sur la scène en ligne droite entre…
  • 1 Signalisation

      Le personnage entre par la porte côté cour et évolue vers le côté jardin où il finit la …
  • 2 La pisse

    Le personnage entre par la porte côté cour et évolue vers le côté jardin où il finit la sc…
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

19 Mille-pattes

  Ce mal au dos ! Avec ce sac sur les épaules. Il n’est pas très lourd, mais à la lon…